Faire son stage en entrepreneur …

  • 1

Faire son stage en entrepreneur …

Ce stage consiste à conseiller un collectif dans le cadre d’un débat public, en l’occurrence celui portant sur le projet EuropaCity qui se tient au premier semestre 2016.

Les missions réalisées ont consisté à :

  • Coordonner et faciliter l’ensemble des actions assurées par les bénévoles du CPTG dans le cadre de la préparation et du déroulement du débat public
  • Accompagner la mise en place d’une plateforme de crowfunding et la recherche d’autres fonds, notamment auprès des collectivités
  • Participer à l’analyse du contexte territorial et du document de la maîtrise d’ouvrage et à la construction d’un argumentaire
  • Contribuer au développement de la base de contacts du collectif, mobilisables dans le cadre du débat
  • Contribuer à la refonte de l’identité visuelle et à la stratégie de communication du collectif
  • Concevoir, mettre en œuvre et animer un nouveau site internet sur la durée du débat public, former les membres du collectif à son utilisation
  • Concevoir et mettre en œuvre une stratégie de mobilisation sur les réseaux sociaux
  • Concevoir et animer une pétition portant sur le projet
  • Concevoir et mettre en œuvre une stratégie de mobilisation et de concertation auprès des habitants, travailleurs, commerçants et entrepreneurs, élus et collectivités du territoire
  • Accompagner le suivi et la coordination d’autres prestataires pour la réalisation des prestations suivantes : Conception d’un logo et d’une identité visuelle, Paramétrage de l’hébergement du site internet, Achat d’un thème pour la réalisation du site internet, Réalisation d’une ou plusieurs vidéos de communication, Edition de matériel militant (Autocollants, tracts A5, banderole, kakémono, badges)
  • Concevoir et animer une stratégie presse
  • Organisation d’une conférence

  • 0

Qu’est-ce qu’un budget participatif ?

Qu’est-ce qu’un budget participatif ? 
bilancio-partecipativo
 
A l’heure de la rigueur budgétaire, du consensus général sur la baisse de la pression fiscale, le budget constitue-t-il une dépense à compresser au maximum ou un levier de l’action publique et un outil de démocratie ? 
 
Pour la deuxième année consécutive, la Ville de Paris met en œuvre le budget participatif. D’autres villes en France comme Grenoble, Metz, Rennes testent également cette nouvelle approche de la participation citoyenne. 
 
Le budget participatif le plus connu est très certainement celui de Porto Alegre, au Brésil. En 1989, il est le premier budget participatif (orçamento participativo) de l’histoire. Depuis, partout dans le monde de nombreuses villes l’ont mis en œuvre, comme New York, Milan ou encore Mexico. 
 
Mais tout d’abord, à quoi ressemble un budget local ? 
Le budget municipal – français – est divisé en deux parties : un budget d’investissement et un budget de fonctionnement. 
Le budget de fonctionnement concerne toutes les dépenses nécessaires au fonctionnement de la collectivité (par exemple des dépenses de personnel, le petit entretien des bâtiments), mais aussi les dépenses récurrentes relevant de compétences obligatoires (comme l’action sociale, l’entretien de la voirie …)
Le budget d’investissement, qui peut être alimenté par de la dette est fléché sur différentes infrastructures publiques (comme la construction d’un terrain de sport, du mobilier urbain ou des équipements de transports).
 
Jusqu’à aujourd’hui tous les budgets participatifs se concentrent sur une partie, – plus ou moins importante en pourcentage – de l’enveloppe d’investissement. Les habitants sont invités à décider d’un montant du budget portant uniquement sur des dépenses d’équipements, et non de personnels.
>> Par exemple, il n’est pas possible de proposer un projet visant à renforcer le nombre de fonctionnaires en charge de certaines politiques publiques.
 
On voit donc ici une première limite à la participation citoyenne : les citoyens ne peuvent pas décider de tout. Certaines critiques du budget participatif, vont jusqu’à parler de « décisions bac à sable », qui ne concerneraient que des investissements superflus, comme la végétalisation des murs. 
 
Avec quelques variantes, le budget participatif se déroule généralement en trois grandes phases :
 
–          Phase 1 :  la soumission d’idées 
 
–          Phase 2 :  la consolidation des idées, voire co-construction des projets. Les habitants disposant déjà d’un projet ou non sont invités à se réunir en petits groupes et à faire émerger un projet commun, afin de le soumettre au reste des participants. Le but ici est de produire des projets collectifs, et d’éviter la surenchère de projets, trop nombreux à traiter pour les services de la collectivité locale. 
 
– Une phase de vote en ligne, ou dans des lieux mis à disposition par la collectivité ; la Mairie de Paris a développé des « triporteurs », à savoir des points mobiles qui se déplaçaient dans les lieux fréquentés de la capitale. 
 
– La restitution des résultats par la collectivité locale et le vote en conseil municipal.
 
Dans de nombreuses collectivités, comme Milan ou Paris, les habitants sont invités à voter par zones. A Paris, la Mairie permet de voter pour des projets qui concernent l’ensemble du territoire parisien, ainsi que des arrondissements. A Milan, le territoire est découpé en neuf zones. 
En outre, nombreuses sont les villes qui permettent à un large électorat de prendre part au vote. 
Quelques exemples : A Campi Bisenzio, en Italie, et à New York City, les habitants âgés de 16 ans et plus peuvent prendre part au vote.
A Paris, tous les habitants en âge de comprendre et de formuler des idées, ainsi que les étrangers peuvent contribuer au budget participatif. 
 
Aujourd’hui le budget participatif reste un dispositif largement méconnu des habitants, ou tout du moins peu approprié. On note en effet un très faible taux de participation (moins de 4% des habitants)
 
Le budget participatif témoigne d’une véritable avancée en termes de démocratie, puisqu’il confie aux citoyens les clefs même du financement de l’action publique. Il induit une évolution culturelle, tant pour les élus que pour les agents des services.
Toutefois, pour être à la hauteur des enjeux liés à la crise de représentativité, les dispositifs vont devoir s’étendre, tant dans leur périmètre géographique que dans les enveloppes financières consacrées. Mais ils devront aussi s’affiner et se professionnaliser, pour favoriser la transparence et la construction de véritables projets collectifs. 
 
Bibliographie
 
– LANGELIER Simon, « Que reste-t-il de l’expérience pionnière de Porto Alegre ? », Le Monde Diplomatique, octobre 2011, https://www.monde-diplomatique.fr/2011/10/A/21113
 
 
 
-“Les citoyens prennent-ils les clefs du budget ?”  http://learningtocount.eu/?p=213